RSS
RSS
Through rows of speeding cars ─ Caleb <3



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 
Through rows of speeding cars ─ Caleb <3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar

▬ Inscription : 10/06/2013
▬ Messages : 7
▬ Humeur : Inspirée.
▬ Age : 21


Ven 21 Juin - 13:58

« There, there, baby It's just text book stuff It's in the ABC of growing up
Sois forte Solveig. Sois forte chérie. Sois forte... C'est ce qu'ils disent, tous. Et si... Et si moi, je n'avais pas envie d'être forte ? Si j'avais envie d'être faible ? Si dans ma tête tout se bousculait tellement qu'au final tout raisonnement s'enrayait ? Et si... Et si moi j'attendais encore mon frère ? Mon grand frère. Le seul qui m'ait jamais estimée vraiment. Le seul qui vaille la peine qu'on s'ouvre les veines pour lui. Caleb... Est-ce qu'un jour on se reverra pour constater à quel point nous avons changé, nos cœurs avec ? Est-ce qu'un jour te dire Je t'aime ne sera pas interdit ?

J'ai été admise à Oxford. Pour moi, c'est un bouleversement important. Toute ma vie, j'ai agis en songeant à ce que pouvait dire Caleb, à ce que pouvait penser Caleb, à ce que pouvait faire Caleb. Et pour la première fois, je dois me focaliser sur ce que moi je fais, ce que je moi je pense, ce que moi je dis. Je dois m'occuper de moi, avant d'avoir la force de m'occuper des autres. Mais pour l'instant... Je n'ai qu'une idée en tête. Pourrai-je un jour rattraper le temps que j'ai perdu avec mon frère d'adoption ? Mon frère dans le coeur. Mon frère tout court. Et aujourd'hui est un jour pas comme les autres. Ou plutôt... Si. Exactement comme les autres. Errance douce-amère, les yeux dans les nuages, les mains dans les poches, et le lourd silence pesant sur mon âme, me poussant à perdre le peu de raison qu'il me restait encore à penser à Caleb. Cette fille... Solveig... Je la trouve magnifique. Mais je me rends compte maintenant que nous sommes proches, qu'elle ne me verra jamais. Elle a toujours les yeux rivés sur autre chose. Quelque chose... Ailleurs. Loin. Très loin de moi. Dans l'air... Un parfum d'égoïsme... Un relent de désespoir. Une illusion de perdition profonde... Et ce qui est si proche du cœur, et si loin de l'esprit... Cette envie de toucher celui qu'on aime sans jamais arriver à poser ses doigts sur sa peau. Moi... Moi à vie, je ne cesserai jamais d'être amoureuse. Voilà ce que je suis. Une amoureuse. Éperdue. Une fausse vivante, qui ne tient debout que grâce à des ficelles à demi cisaillées.

Quand vient le soir, ma peur devient réelle. Elle s'insinue dans mes veines, comme un poison violent. Je souris. J'ai délicieusement peur. Je me demande encore comment va être l'avenir. Sera-t-il fait de bonheur ? Je bats des cils, pour chasser l'eau qui tombe de mes yeux comme une pluie d'été salée. Mon œil se porte sur mon doigt. La bague que m'avait donnée mon frère, une nuit de solitude à deux, cette bague bleutée qu'il avait ramassé à terre. Cette bague qui appartenait sûrement à quelqu'un avant qu'elle me soit offerte. Alors avant moi, elle ornait l’annulaire d'une autre. Elle me va toujours. C'est tout ce qu'il me reste de lui. Ainsi j'ai l'impression heureuse de porter son cœur autour du doigt. Car à ce qu'on dit, la veine de l'annulaire y court tout droit. A l'époque, je la mettais au pouce, parce qu'elle était trop grande pour moi. Caleb... Est-ce que tu as emporté un peu de moi toi aussi ? Ou est-ce que tu as oublié en partant ? Tu es parti si vite...

Un souffle glacé m'ébranle. Je m'agrippe au tronc du vieux séquoia. Une musique lancinante se joue dans mes oreilles. Je pense que c'est juste le bruit d'une feuille qui tombe. L'automne est pourtant loin... Caleb, si tu savais combien de lettres je t'avais écrites... Depuis mes sept ans... Des Tu me manques en détresse, des SOS qui appellent, et surtout, et par dessus tous les autres mots, ces Je t'aime maladroits, qui ne sortaient de nulle part... D'un amour d'enfant est né une passion d'adulte... Et pourtant... La normalité de la chose n'est que détail. Je me fiche de ce que les autres penseront de moi. Je me fiche de tous. Je veux juste qu'il soit heureux. Si ça doit être en vivant loin de moi, qu'il en soit ainsi. Mais je n'abandonnerai pas l'espoir de retrouver sa trace pour lui dire combien j'ai pleuré en pensant à lui. Combien de nuits blanches j'ai passées en lançant mon cœur sur des feuilles de papier. J'ai les yeux... Ailleurs de tout... J'ai les yeux sur le lointain, pour toujours.

_________________
.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

▬ Inscription : 09/06/2013
▬ Messages : 15
▬ Age : 25


Lun 24 Juin - 3:03


Solveig & CalebThrough rows of speeding cars


« Mais qu’est-ce que tu fiches là ? » Caleb leva les yeux et regarda Cathy, il était installé dans sa chambre à lire un bouquin, assit sur son lit dos contre le mur. Il montra son livre à la jeune fille qui leva les yeux au ciel. « Encore le Seigneur des Anneaux ? Tu devrais sortir il fait beau. » Sans qu’il n’ait le temps de répondre elle attrapa le livre, y mit un marque page avant de le ranger. « Hey j’ai quand même mon mot à dire non ? » Hum ... réflexion faite il semblait que non vu le regard de la jeune fille, Caleb se leva juste à temps pour éviter un coussin et fuit sa chambre alors qu’elle riait. « Sale gosse. » Marmonna-t-il en attrapant une veste, il vit Helena dans la cuisine et lui lança qu’il sortait, parce que Cathy le chassait.

Caleb quitta la maison de sa famille d’accueil, il vivait toujours chez eux, il s’était parfaitement intégrer à la famille. Tant qu’ils voudraient bien de lui chez eux, il y resterait. Même si ils ne remplaçaient pas ses parents, ni sa sœur. Caleb soupira et enfonça ses mains dans les poches de son jeans, elle lui manquait. Solveig son adorable petite sœur lui manquait. Il ne savait pas où elle, il ne savait pas ce qu’elle était devenue. Cathy l’avait surpris une fois à rêvasser, elle l’avait entendu dire le prénom de sa sœur. Elle lui avait dit que ça virait à l’obsession. Mais il s’en fichait. C'était pas une obsession. Non c'était autre chose, c'était complètement différent. C'était a cause de ça qu'il ne s'intéressait pas vraiment aux filles qu'il croisait. Parce qu'il ne pensait qu'à elle, Solveig. C'était ridicule, si ça ce trouvait il ne la reverrait jamais. Mais il ne pouvait pas s'empêcher d’espérer.

Il soupira à nouveau en s’arrêtant devant le parc, Cathy lui avait de sortir, de prendre l’air hein. Si il faisait un tour au parc elle serait contente. Mais il valait mieux qu'il attende un moment avant de rentrer, sinon elle serait capable de ronchonner la petite Cathy. Mains dans les poches il commença à marcher dans le parc, sans vraiment regarder les gens. Pourtant son regard fut attiré par une jeune fille, près d’un arbre. Il s’approcha et s’arrêta pas loin. « Hey, ça va pas ? Besoin d’aide ? » Demanda-t-il. Elle n’avait pas l’air d’aller bien et il n’aimait pas voir quelqu’un qui n’allait pas bien. Bref. Il l’observa un peu, se disant qu'elle était belle, Caleb secoua la tête. Non mais a quoi il pensait, il voulait juste savoir si elle avait besoin d'aide.

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

▬ Inscription : 10/06/2013
▬ Messages : 7
▬ Humeur : Inspirée.
▬ Age : 21


Lun 24 Juin - 11:39

« There, there, baby It's just text book stuff It's in the ABC of growing up
Caleb, combien de lettres que je n'ai jamais envoyées. Combien de mots que je n'ai jamais pu sortir... Et ces longs silences qui me tordent l'estomac chaque jour un peu plus. Je ne crois pas être faite pour aimer. Suis-je faite pour vivre ? Peut être pas. Mais qui est inapte à l'existence assure son salut. A la société, je me sens inadaptée. Depuis toujours. Est-ce que j'aime les fous ? Ils sont démunis, face à la vie. Parfois je me dis... Que moi aussi je vais finir par devenir folle. Parce que moi aussi, je suis démunie. Est-ce qu'on peut continuer à vivre quand notre cœur est mort ? Ou... Tout simplement, sur le point de l'être ? Si je m'accroche, désespérément, à mon amour pour lui comme à un fil ténu, c'est juste parce que quand on espère, il n'y'a rien d'insurmontable. A ce qu'on dit... Moi... ? Moi je m'efforce de sourire aux autres garçons, pour leur faire croire que tout va bien. Combien seraient prêts à partager mon monde pour ne serait-ce qu'une nuit sous le même ciel que le mien. Dans mon monde... Tout n'est que froideur, éboulements, ténacité.

Non plus sérieusement, Caleb... Tu me manques. Tu me manques à en mourir. Je t'aime.... ? N'ai-je toujours pas le droit de le dire ? Et si je te retrouve un jour... Aurai-je le droit de te prendre dans mes bras ? Ou me prendras-tu toi dans les tiens ? Les miens sont des bras de chiffon, maigres et sans force aucune. Des bras de poupée qui se désarticule. Je suis toujours en train de pleurer... Est-ce que ça énerve les gens quelqu'un qui passe son temps avec de la pluie dans les yeux ? Si tu savais combien de fois j'ai rêvé te rattraper, rattraper le temps qui se perd dans la nature, courant après toi, m'efforçant d'allonger les bras pour te toucher du bout des doigts, et me réveiller au matin, fiévreuse et perdue, le paysage vide de toi et le cœur battant.

Rien ne me rapproche de toi. Dans mes rêves... Tu es toujours le même. Beau. Fort. Puissant... Mais la tête toujours baissée et fuyant mon regard. Je te vois toujours de dos. J'ai peur tu sais. J'ai peur d'oublier... De quelle couleur étaient tes yeux ? Et de quelle façon sonnait ta voix ? La chaleur de tes étreintes... Donne moi une raison. Une. Une raison. Une seule pour ne pas me laisser aller à oublier... Cherche moi... Retrouve moi... Viens me dire que tu m'aimes et que ce n'est pas interdit. Viens me faire un câlin... S'il te plait... Je t'en prie. Ne me laisse pas couler comme ça... Surtout... Ne me laisse pas couler, sans toi... C'est ce qui est en train d'arriver je le crains. Mon navire ne tient plus. Ma vie prend l'eau et j'ai besoin de toi pour me battre. J'ai besoin d'une raison... Encore. Tu veux bien venir me chercher ? Et me garder contre toi. Me serrer contre ton cœur, aussi fort que possible. Assez fort pour que je puisse l'entendre battre pour moi.

Une voix m'extirpe de mes sombres pensées. Je lève la tête nonchalamment. Je ne suis pas d'humeur à discuter. D'ailleurs ça doit se sentir dans mon attitude. Je pose mon regard sur lui. C'est un garçon... Assez jeune, assez beau,... Très beau. Je laisse aller mes yeux sur sa figure. Quelque chose me perturbe dans la douceur de ses traits. Je tente de sourire, pour qu'il ne s'inquiète pas. Je vais bien... Mieux, merci. J'ai souvent l'habitude de me retrouver seule. Rire ironique. Excuse moi. Je ne suis pas loquace. Il y'a des jours, comme ça.

_________________
.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

Through rows of speeding cars ─ Caleb <3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Cars 2 [DVDRiP]
» Au supermarché ils vendent des cerveaux ~ Caleb's Relation Ship ♥
» Caleb montre une vidéo plus que X à Cane (pv Cane)
» Caleb le sorcier au pouvoirs mysterieux [validée]
» Chasing cars - Zino & Gaby

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« OXFORD UNIVERSITY » :: Oxford city :: Les espaces verts-